2002_07_05

Centenaire de l’AMLFC
Dévoilement d’une plaque à la mémoire du fondateur de l’AMLFC, le Dr Michel-Delphis Brochu
Le conseil général de l’Association des médecins de langue française du Canada a tenu son assemblée semi-annuelle, le 27 avril dernier, dans la ville de Québec, pour souligner le centenaire de fondation de l’Association.Il convient de rappeler ici que ce n’est qu’en 1946 que l’Association des médecins de langue française de l’Amérique du Nord (AMLFAN) a vu son appellation être modifiée et devenir l’Association des médecins de langue française du Canada (AMLFC). L’excellent livre de l’historien Guy Grenier, qui sera publié bientôt, relate les raisons de ce changement de nom et raconte de façon savoureuse les nombreux faits marquants de notre histoire. Grâce au support de la Banque Nationale et de Merck Frosst Canada, il nous sera possible d’en offrir gracieusement un exemplaire à chacun de nos membres. Nous serons alors tous en mesure de mieux connaître cette association qui a guidé et marqué l’évolution de la médecine francophone en Amérique du Nord depuis un siècle.
Plaque à la mémoire du Dr Michel-Delphis Brochu,
fondateur de l’AMLFC

Membres du conseil général assistant au dévoilement


Les Drs Abdoulaye Bah, Georges-Henri Gagnon, André-H. Dandavino,
Wilhelm B. Pellemans, Jean Léveillé, M. Michel Brochu (petit-fils), Mme Marie Brochu (petite-fille)
et le Dr Claude ThibeaultDerrière : les Drs Richard Jacob et Louis-Marie Gauthier


Mme Hélène Pelletier-Baillargeon, le Dr Jacques Baillargeon, M. Michel Brochu, Mme Louise Colin-Brochu, Michel Venne, Mme Marie Brochu, Camille Fournier, M. Michel Brochu, président de l’Association des Brochu d’Amérique, son épouse et Mme Annie Plante À l’arrière-plan : M. François Cincou, Mme Élizabeth Cincou-Harvey et MM. Bernard et André Cincou


Soeur Nicole Perron, directrice du musée, Mme Madeleine Lapierre, le Dr Jacques Baillargeon, Mme Hélène Pelletier-Baillargeon, le Dr Jean Léveillé, Mme Denise Jodoin-Léveillé et M. François Rousseau, archiviste

Visite au musée des Augustines à Québec
Les Drs Georges-Henri Gagnon (Montréal), Jean-Marie Rochefort (North Bay, Ontario)
et Louis-Marie Gauthier (Shippagan, Nouveau-Brunswick)

M. André de Sève, directeur général de l’AMLFC, soeur Nicole Perron,
directrice du musée, et le Dr Jean Léveillé, président de l’AMLFC

Deux événements importants du centenaire

Outre l’assemblée du conseil général, la visite à Québec avait également pour objet le dévoilement d’une plaque commémorative en l’honneur du Dr Brochu, plaque qui a été apposée sur l’édifice même où le Dr Brochu tenait bureau et recevait ses patients. Ensuite a eu lieu une visite au musée des Augustines, suivie d’une chaleureuse réception.

S’étaient joints aux membres du conseil général pour l’occasion, des descendants de notre fondateur, dont son petit-fils Michel Brochu – venu spécialement de France -, sa petite-fille Marie Brochu, quelques arrière-petits-enfants et même des arrière-arrière-petits-enfants. Étaient également présents, le président du Regroupement des associations francophones du Québec, Me Jacques Tremblay; le président de l’Association des Brochu d’Amérique, M. Michel Brochu; le fondateur de l’Association des Brochu d’Amérique et historien, M. Renaud Brochu; ainsi qu’un confrère de classe de M. Michel Brochu (petit-fils de notre fondateur), le Dr Jacques Baillargeon.

D’abord, l’inauguration de la plaque commémorative

En tout, ce sont près d’une centaine de personnes qui se sont rendues, à pied, par un temps radieux, au 1105 de la rue Saint-Jean à Québec, pour le dévoilement de la plaque commémorative.

Il m’a été agréable de rappeler alors aux personnes présentes quelques faits marquants de la vie et de l’oeuvre du président-fondateur de l’AMLFAN, le Dr Michel-Delphis Brochu de Québec, né à Saint-Lazare, dans le comté de Bellechasse, le 15 juillet 1853.

Un signe incontestable de l’impact national et international de l’AMLFAN à cette époque est illustré par les titres obtenus par le Dr Brochu immédiatement après sa présidence. Ainsi, après le congrès de 1902, il reçoit du gouvernement français le titre d’Officier de l’Instruction publique. Cinq ans plus tard, en 1907, le Dr Brochu se voit également décoré de l’Ordre de l’Étoile noire de la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur.

Au cours d’une brève allocution, son petit-fils, M. Michel Brochu, a tenu à souligner « le succès indubitable de cette ambition des débuts de l’Association », constatant que cette dernière non seulement était toujours bien vivante, mais qu’elle avait considérablement augmenté l’importance de son action au cours du 20e siècle. Et d’ajouter combien il était heureux d’avoir pu constater, « par des contacts enrichissants avec les membres du conseil d’administration de l’Association et le directeur général, de même que par la lecture du Bulletin, que l’Association avait toujours l’ambition de diffuser en langue française le savoir médical et qu’elle avait à coeur le dévouement. » Monsieur Brochu a conclu sur une note optimiste, confiant dans l’avenir de l’Association et se disant heureux que « les étudiantes et les étudiants en médecine soient de plus en plus présents au sein de l’Association, de même que les médecins-chercheurs, et ceci, parce qu’ils y ont leur place ».

Puis, la visite du musée des Augustines de Québec

Après ces allocutions, tous se sont rendus au monastère des Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec, où ils ont été aimablement accueillis par soeur Nicole Perron, muséologue et directrice du musée des Augustines, ainsi que M. François Rousseau, historien. Ce fut l’occasion pour moi de raconter quelques faits du parcours exceptionnel du Dr Brochu et de citer, entre autres, sa participation – à titre de médecin expert – au célèbre procès de la belle-mère d’Aurore, « l’enfant martyre », qui, une fois déclarée saine d’esprit, s’est vue condamnée à la peine capitale.

Dans le cadre de cette visite, tous ont pu consulter des archives relatant les premières activités de l’Association, en particulier son premier congrès. Nos hôtes nous ont fait part de faits historiques fascinants, agrémentant d’autant cette enrichissante visite du musée. Nous avons même eu l’occasion de visiter les voûtes, remarquablement bien conservées, de ce haut lieu de notre histoire. Le tout s’est terminé avec une réception, à laquelle chacun était convié, ce qui a clos fort agréablement cette journée, que tous les participants ont qualifiée de mémorable.

Ce bref résumé se veut une invitation à partager l’enthousiasme de tous ceux et celles qui, de près ou de loin, concourent au progrès et au succès de l’Association des médecins de langue française du Canada.]

Jean Léveillé, m.d.
Président de l’AMLFC